Please use this identifier to cite or link to this item: http://hdl.handle.net/10077/29665
Title: L’illusion du portrait
Authors: Giard, Jean-Baptiste
Goffin, Marie-Noëlle
Rambach, Hadrien
Keywords: médaillesgraveursart du portraitportrait monétaire
Issue Date: 2020
Publisher: EUT Edizioni Università di Trieste
Source: par Jean-Baptiste Giard, avec des compléments par Marie-Noëlle Goffin et Hadrien Rambach, "L’illusion du portrait", Trieste EUT Edizioni Università di Trieste, 2020, pp. 150
Pages: 150
Abstract: 
« Ce livre est le résultat de longues années consacrées à l’étude des monnaies, des médailles et des images d’autrefois… qui m’ont permis d’apprécier l’extraordinaire habileté des anciens graveurs, la qualité d’exécution de leurs images et de faire progresser ma réflexion sur la maîtrise et les subtilités de l’art du portrait. Je la livre aujourd’hui, incertaine et comme par bribes, priant le lecteur de ne la considérer que comme une modeste contribution à l’histoire de la représentation humaine et des rapports sociaux. »
Par ces quelques lignes écrites en avant-propos de son livre L’illusion du portrait, Jean-Baptiste Giard indique aux lecteurs les orientations de son propre cheminement qu’il leur propose de faire avec lui. « Une modeste contribution à l’histoire de la représentation humaine et des rapports sociaux » à partir des différentes étapes de cette histoire qui prend forme dans l’histoire humaine.
Son cheminement s’enracine dans le monde occidental des Perses et des Grecs, « les premiers semble-t-il, à s’essayer à l’art du portrait » (Le portrait d’autrefois, BnF, 1980). Ce qui retient sa curiosité c’est d’abord « l’origine du portrait monétaire dans le monde gréco-romain, … puis le prodigieux développement de la médaille aux XVe et XVIe siècles. »
Dans L’illusion du portrait, l’auteur précise bien son objectif : « seule m’importe sur ces images antiques la vie intérieure qu’elles laissent deviner. Silencieuse, elle ne se révèle sans doute que rarement, difficilement… ».
C’est aussi l’entrée en scène de l’artiste dialoguant avec les princes. « Illusion du portrait, sans doute », écrit-il. « Pourtant le modèle antique aidera aussi la Renaissance à faire advenir des temps nouveaux, à rompre avec les conventions d’un passé oppressant. L’autorité traditionnelle sera brisée et bientôt partagée avec un nouveau venu, ou plutôt avec cet artiste qui ose enfin se nommer, signer son oeuvre et a l’audace de se hisser au rang d’un dieu. Ainsi l’artiste, créateur trop longtemps méconnu, entre sur la scène publique : désormais il dialoguera avec le prince et, pour manifester sa force, multipliera dès le XVe siècle (L.-B. Alberti) les autoportraits. Plus tard seulement, le pauvre, le faible, aura, lui aussi accès à l’image quand viendra le temps de la photographie. »
Type: Book
URI: http://hdl.handle.net/10077/29665
ISBN: 978-88-5511-124-9
eISBN: 978-88-5511-125-6
Rights: Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 Internazionale
Appears in Collections:14 L’illusion du portrait

Files in This Item:
File Description SizeFormat
Numismatica_14_online.pdffull text22.93 MBAdobe PDFThumbnail
View/Open
Show full item record


CORE Recommender

Page view(s)

116
checked on Oct 28, 2020

Download(s)

363
checked on Oct 28, 2020

Google ScholarTM

Check

Altmetric


This item is licensed under a Creative Commons License Creative Commons